Nouvelle expérimentation :

Le parcours de la loi

 

La première loi d’expérimentation du 29 février 2016 s’achevant en Février 2021, une nouvelle loi était donc incontournable. 

 

En effet, 10 territoires ont déjà bénéficié de cette première loi, et les résultats sont plutôt probants. 

L’objectif étant toujours de proposer à tous les demandeurs d’emploi de longue durée volontaires un cdi adapté à leurs savoir-faire et à temps choisi. Déjà 13 Entreprises à But d’Emploi et près de mille emplois ont été générés par les pionniers de la première vague.

Le 10 juin dernier, la proposition de loi permettant le prolongement et l’extension de l’expérimentation Territoires zéro chômeur de longue durée a été déposée à l’assemblée nationale.

Après plusieurs études, les députés et les sénateurs, membres de la commission mixte paritaire qui s’est réunie le 28 octobre, ont trouvé un accord sur la proposition de loi. 

Celle-ci a été adoptée définitivement et à l’unanimité par les députés le lundi 30 novembre 2020, mettant fin à un parcours législatif express, démontrant l’urgence de mettre en place ce dispositif dans les 50 territoires que prévoit cette deuxième loi d’expérimentation.

Nous remercions vivement le député Julien Aubert pour sa ténacité à défendre les amendements, ainsi que le sénateur Alain Milon, président des la commission des Affaires Sociales pour son soutien.

On note quelques améliorations dans cette nouvelle expérimentation telles que la contribution du Conseil départemental concerné par le territoire, la non obligation d’être inscrit au pôle emploi ou encore l’examen des possibilités de prolongement, d’élargissement ou de pérennisation de l’expérimentation.

En attendant de connaître la liste des 50 territoires dotés nous restons plus que jamais mobilisés sur la construction de notre projet de candidature.

Zou Vaï pas à pas

 

Lors de la première lettre d’informations, nous évoquions la création de l’association Zou-Vaï, afin de donner plus de légitimité à ce collectif citoyen ainsi qu’un cadre légal pour recevoir les soutiens de tous horizons. 

En effet aujourd’hui, chacun peut rejoindre l’équipe, ou encore adhérer ou faire un don, pour soutenir cette initiative citoyenne. L’énergie et l’argent sont les deux moteurs de toute réalisation. La Fondation des trois cyprès, ainsi que le Secours Catholique, ont débloqué les premiers fonds, permettant de financer des formations sur l’instruction du dossier ou encore sur le management inclusif en entreprise solidaire, pour plusieurs membres du collectif. Cela a également permis de financer  quelques outils de communications tels que la première lettre d’information ou encore les affiches et les tracts annonçant  nos rendez-vous avec les habitants du territoire.

En effet, trois réunions publiques ont eu lieu dans les salles des fêtes d’Apt, de Gargas et de Saint-Saturnin-lès-Apt, au cours desquelles l’équipe a pu présenter le projet et rencontrer les premières personnes en recherche d’emploi, intéressées par l’expérimentation. S’en sont suivies des réunions collectives avec ces candidats et l’équipe RH du projet, sous la houlette de Jean-Pierre Fabre. Chaque personne (28 au total) a été reçue en entretien individuel. Il va de soi que nous allons réitérer cette opération afin de toucher un plus grand nombre.

L’équipe noyau s’est structurée en 3 pôles : ressources humaines, activités et communication. Le pôle RH a vu s’est rangs se gonfler de bénévoles qualifiés qui ont su harmoniser leurs pratiques pour leur travail avec les demandeurs d’emploi. Les équipes grandissent, alimentant la ferveur et la motivation pour multiplier les opérations.

Parmi celles-ci, à noter la mise en place de boîtes chez les partenaires : les 3 communes, l’EDeS, l’ANPEP, l’APAS, la MJC, les Restos du cœur, le Secours Catholique et la Croix Rouge.  Ces boîtes sont accompagnées de bulletins à l’attention de toute personne susceptible de pouvoir être intéressée par ce projet, en situation de précarité ou non.

De nombreuses actions complémentaires sont en cours de réalisation pour ce début d’année : la préparation des activités potentielles pour la future EBE (Entreprise à But d’Emploi), la formation d’un chef de projet, la constitution d’un CLE (Comité Local pour l’Emploi), la création d’un site internet, la mise en place de nouvelles réunions publiques et spécifiques, la recherche de partenaires, la consolidation des liens avec les mairies, l’écriture du dossier de candidature, la recherche de subventions, la communication, la réflexion sur la prospective, etc…